Ron Rash court portrait de l’Amérique

Alors qu’est sorti le 14 janvier 2016, en librairie son cinquième romans traduit en français, mais en fait son deuxième écrits en anglais Le chant de la Tamassee, il est temps de faire connaissance avec cet auteur épris d’écologie et qui se revendique comme un Ecrivain du Sud.

9782021109849

Rapide biographie en forme de Polaroïds 

Monsieur Ron Rash est né en Caroline du sud en 1953. Spécialiste d’études appalachiennes, inspiré par son territoire, il est professeur à l’université de Caroline de l’Ouest. Il a publié quatre recueils de nouvelles et cinq romans, dont Serena, adapté au cinéma par Suzanne Bier. Son œuvre lui a déjà valu de nombreux prix et une large reconnaissance.1458924410_full.jpeg

Son recueil de nouvelles Incandescences a été couronné par le Franck O’Connor international Short Story Award.

Ron Rash est un de ces écrivains comme l’Amérique sait encore en produire, mélange d’universitaire savant ( il est professeur à la Western Carolina University) et de cow-boy amoureux de grands espaces et de vie naturelle. Son œuvre puissante révèle un auteur en profonde empathie avec le sort des laissés-pour-compte et des oubliés de l’abondance : cette Amérique des rednecks et des petits blancs qui survivent plus qu’ils ne vivent. On reconnaît Rash aujourd’hui comme un des meilleurs nouvellistes américains, ce genre inexplicablement négligé en France.
Les récits s’étendent de la Grande Dépression à nos jours, mais les époques importent peu tant la permanence des situations semble intemporelle. Le grand art de Ron Rash est d’inventer ou de rapporter, avec acuité et compassion, des circonstances à la fois triviales – et tragiques, touchant des gens humbles, marqués par la pauvreté matérielle et la déshérence intellectuelle, sans pour autant sombrer dans le misérabilisme : il s’inscrit ainsi dans la grande tradition des récits naturalistes à l’américaine, de Jack London à Jim Harrison, avec une inventivité qui n’appartient qu’à lui et ne rechigne pas à quelques pointes d’humour noir. Bien sûr Faulkner n’est jamais loin, héritage littéraire important pour les écrivains du Sud des États Unis.
Les thèmes de Ron Rash, un instantané de l’Amerique.

Auteur de cinq romans et de quatre recueils de nouvelles dont Incandescence, le seul recueil traduit en français , poète au début de sa carrière, il écrit son premier roman à presque 50 ans. Jugeant qu’il n’avait avant cet âge pas assez d’expérience, de matière pour écrire un roman.

La nature

Les récits sont tous construits autours des Appalaches, la Caroline du Nord et du Sud, le paysage qui est tout puissant comme l’est la poésie des romans de Rash. La Nature est toujours le personnage principal des récits, imprimant sa marque de gré ou de force sur la destinée des hommes. Cash est un écologiste, jeune, il parcourait à pied des dizaines de kilomètres dans la montagnes, aimait pêcher. L’écologie sera aussi un thème de ses livres, Serena  par exemple sera confrontée aux premiers écologistes de 1930. Par amour de l’argent, elle détruit des forets entières, ce livre a été écrit par les grandes exploitation de gaz de schistes et les dégâts que Rash a constaté.
Les Appalaches, cette régions de légendes et de mythes et d’histoires de famille et d’Histoire.

L’histoire

Ron Rash est un écrivain du sud, comme l’est Cormack Mc Carthy ou la référence qu’est William Faulkner, dans ses livres, il y a une unité de lieu, sa région de naissance. Les romans de Rash ne sont pas que des romans parlant du sud, il parle de l’Amérique car bon nombre, pour ne pas dire la majorité des américains vivent comme vivent les personnages de Faulkner, Jim Harrison. La Californie ou New York paraissent si déconnecté de l’Amérique, un Américain ne vivra pas comme un personnage de Bret easton Ellis. Quand Rash écrit sur la Caroline du nord ou du sud, il écrit sur l’Amérique en générale.
Les écrivains du sud sont très attachés a l’histoire, les familles sudistes ne bougent que très peu, il n’y a presque pas de gens déracinés, la famille de Ron Rash par exemple vivent dans la région depuis 200 ans ! De l’aveu même de l’auteur, il a fait ces études a 150 km de chez-lui pour y revenir diplôme en poche travailler dans une université pour y enseigner la littérature. son père a du s’expatrier pour trouver du travail de la Caroline du nord à la Caroline du sud..

« Dans le sud on ne bouge pas. souvent parce que’l’on peut pas. »

Le passé, l’histoire sont des thèmes importants dans son oeuvre.
L’histoire de sa région, la crise de 1928 qui dans Serena fournira de la main d’oeuvre pas cher et n’ayant pas peur de risquer leur vie pour un travail de bucheron risqué et un salaire. Ce sont les année 50 et l’industrialisation forcée, le monde agricole détruit comme dans  Un Pied au Paradis. La guerre de sécession très présente dans le sud des Etats Unis dont la plupart des grandes batailles ont eu lieu dans cette région, qui sert de parallèle à l’intrigue principale du roman Le monde à l’endroit. Le massacre de Shelton Laurel, le massacre de treize sympathisants nordistes par un régiment sudiste en Janvier 1863. Preuve que dans la région de Rash, les Confédérés n’étaient pas aussi majoritaire que cela. de l’histoire passé, il nous ramène a notre histoire contemporaine, les guerres qui séparent des régions, des villages, qui transforment parfois des voisins en ennemis. c’est la force de Rash que de prendre un thème régional et en faire un thème national voire dans ce cas là, la guerre, d’en faire un thème mondial.

Les Mythes

Dans tout les livres de Rash on retrouve des sorcières, des personnages de rebouteux. Ce thème est lié encore une fois a la terre, terre indienne avec ses légendes, ses croyances ancestrales. Terre où vallon si reculé que le soleil n’arrive même pas a percé, comme dans  Une terre d’ombre. dans ce roman il utilise aussi le thème d’orphée. Les thèmes utilisés ne sont là que pour enrichir le récit non pas pour l’alourdir. L’eau fait partie aussi de son univers, l’eau qui purifie et qui est salvatrice , l’eau qui détruit comme dans Un pied au paradis.

La société 

Chez Rash le rêve américain semble ne pouvoir résister à rien, ni aux fragilités intimes ( névroses, jalousie…), ni aux déterminisme familiaux, encore moins à l’injustice sociale.
Les thèmes sociaux sont présents, dans Le monde a l’endroit, la misère, le manque d’éducation, la délinquance, la drogue, le manque d’espoir en l’avenir. Les femmes aussi ont leur part, soit elles se marient jeune en sortant du lycée avec le Quaterback de l’équipe de foot et se retrouve vite enceinte ou alors elle veulent partir, étudier à l’université loin de chez elle pour échapper a une sorte de déterminisme social si prenant dans cette société. Les personnes féminins dans l’oeuvre de Rash sont des femmes fières, travailleuses et surtout n’acceptant pas leur sort, Serena, Laurel en sont de bons exemples

A vous de découvrir cet auteur rare ! Lisez donc son dernier roman Le chant de la Tamasee qui se déroule dans le conté d’Oconee , le long de la rivière Chatoya lieu du tournage du film de John Boorman Délivrance ..

Bonne lecture !!