De la nécessité de publier Mein Kampf..

Mise à jour à 17h05 : la réédition  allemande de Mein Kampf destinée à l’origine a des universitaires est épuisée 4000 exemplaires vendus en quelques jours. Un nouveau tirage est prévu en direction des pays comme l’Italie, la France, l’Angleterre .. La communauté juive est très critique envers cette publication. 

Il faut publier Mein Kampf. 
Vous ne l’ignorez pas que depuis le 1er janvier 2016, ce brûlot qui a mis à feu et à sang le monde des années 30 à 45 est tombé dans le domaine publique. Tout le monde peut légalement le publier.

l’Allemagne le Vendredi 08 janvier l’a fait, travail colossale commencé en 2009 par une équipe de chercheur dirigé par Mr Andreas Wirsching, directeur de l’Institut d’histoire contemporaine (IFZ) de Munich. Édition en 2 tomes pour un total de plus 1900 pages et de plus de 3500 notes historiques. Projet très contesté en Allemagne, mais courageusement mèné malgré les « blocages » que les chercheurs ont dû lever dans la société allemande mais aussi européenne. 

En Belgique, beaucoup de personnalités politiques sont contre la publication de cet ouvrage, arguant qu’il pourrait être détourné malgré l’ambition pédagogique des éditeurs.

En France, les avis sont unanimes et souvent liés à la monté du FN et de la pensée nationaliste qui monte en puissance dans l’Europe de 2016. Drôle de débats, ou l’on entend toujours les même arguments. Il va libérer la parole antisemite, le nationalisme va encore faire des bonds dans les urnes, la gangrène des jeunes esprits etc…

Comme si, l’Europe et la France des années 30 étaient les mêmes aujourd’hui. 

Réfléchissons et posons les choses.

Pourquoi faut-il l’éditer ? 

Tout d’abord, ce n’est pas un secret pour personne que ce pamphlet antisemite est aisément téléchargeable gratuitement sur le net. C’est d’ailleurs le PDF le plus télécharger dans le monde. Oui, vous avez bien lu, le plus téléchargé. De plus, c’est un ouvrage qui dans le monde arabo-musulman, est toujours en vente libre. 

Il ne faut pas avoir peur de ce livre qui selon beaucoup d’expert fait entièrement parti de l’histoire de la seconde guerre mondiale. Il en est même le déclencheur. 

Il faut l’éditer pour nos enfants, l’expliquer, le critiquer, montrer ce vrai complot contre notre Liberté, montrer ce qu’est un écrit totalitaire. Bien souvent on utilisait pour ce faire, des livres tels que 1984 de George Orwel. On va pouvoir enfin montrer ce qu’un esprit malade a pu concevoir comme société et idéal pour un pays mis à genoux par les vainqueurs de la grande guerre. Ce livre est certes une insulte permanente à la langue allemande, grandiloquence wagnérienne, vocabulaire et sémantique manipulés. Hitler a abîmé la langue de Goethe pour en faire son outil privilégié de propagande. Mais il explique par le menu le mécanisme de la guerre, sauf la solution finale qui n’est pas évoqué. Si les français des années 30, avaient lu ce livre écrit dans une prison allemande ils y auraient lu la haine de la France, hitler nous détestait. Il voulait nous anéantir, en lisant quelques lignes de Mon Combat, peut-être qu’il n’y aurai pas eu de Vichiste, la collaboration n’aurai peut-être pas existé… 

N’ayons pas peur de ce document, bien sûr, nous n’allons pas échapper à certaines éditions nauséabondes, mais le rendre lisible et surtout contextualisé est une exigence historique. 

Dans notre pays, ce sont les éditions Fayard qui en s’entourant d’une multitude de chercheurs va permettre de faire aboutir ce projet pédagogique. 

Pour comprendre le mécanisme qui est à l’œuvre dans le plus grand crime que l’humanité a connu, il faut lire Mein Kampf, l’editer en l’expliquant le démystifie. 

Oui, pour certain, Mein Kampf est un mythe, une sorte d’ouvrage qui sent le souffre, interdit, et comme vous le savez ce qui est interdit attire. C’est humain.
J’encourage vivement les éditeurs, les journalistes sérieux à en parler avec toute la pédagogie nécessaire, oui publions Mein Kampf, saisissons nous de ce pamphlet pour mieux combattre certaines idées nauséabondes encore en cours à notre époque…
Non chers lecteurs, je ne suis pas nazie, encore moins islamophobe, antisemite, raciste, anti-gays. Bien au contraire. 

En défendant l’édition de ce document, j’encourage la Liberté et la tolérance…

Ne nous trompons pas, les racistes, les négationnistes n’attendaient pas que Mein Kampf soit dans le domaine publique pour véhiculer leurs idées. 

Marine, Jean-Marie, Marion et tous les autres seront toujours racistes, la démocratie autorisera toujours de leurs donner la parole au nom de la Liberté d’expression ( notre véritable Talon d’Achille). 
Je vous laisse méditer sur un extrait de l’édito de Pierre Assouline dans le magazine Littéraire,

 « Au-delà de la personne d’Adolf Hitler et de son idéologie meurtriere, ce débat sur la capacité de nuisance d’un tel livre a le mérite de nous interpeller sur une question qui les dépasse : quel est le stade de maturité d’une société démocratique européenne qui 70 ans après la fin de la guerre, a encore peur de donner à lire à ses contemporains les pamphlets de Céline ou ce sinistre et indispensable document historique (…) »