Tu es bien le fils de ton père !

Sur l’auteur
Théodore Weesner a écrit huit romans et de nombreuses nouvelles. Notamment publiées dans le New Yorker. Le Voleur de voitures, son premier ouvrage, paraît en 1972.
Théodore Weesner s’est éteint en juin 2015.

 

 

 

 

 

La Der

« T’es sûr que ça va aller. Fils ? » et il se sentit enveloppé dans ses bras et serré contre la laine de son manteau. Et il l’entendit dire. « Parce que sinon je vais te sortir d’ici. Nom de Dieu. Même si je dois démolir les murs avec mes poings.»

 

Entre les lignes

Un adolescent un peu perdu vole des voitures, des portefeuilles sans raisons. Il se fait prendre par la police et se retrouve en maison de correction. Nous sommes dans les années soixante dans la ville de Détroit où cet adolescent elevé par un père alcoolique et suicidaire, abandonné par sa mère, essaye de se trouver, de se réaliser. Dans l’univers de ce gamin, Il y a le lycée qu’il déteste et bien sûr les filles de son âge qui l’attirent et le font fuir. Il y a cette ville usine, froide sentant l’huile qui ne présente pas un avenir radieux pour les adolescents. Ce garçon qui évolue dans un milieu ouvrier et qui n’a pas d’autre horizon professionnel que l’usine Chevrolet où son père travaille. Ce père aimé et détesté qui tout les samedi soir s’habille en costume cravate et va écumer les bars pendant le Week-end, laissant son fils seul.

L’histoire de ce roman est simple comme les personnages. Ils ne sont pas d’un milieu aisé, n’ont pas un vocabulaire très riche, mais sous magie de la plume de Weesner, ils prennent de la hauteur, de la profondeur. La simplicité de leur vie n’a d’égale que leur complexité intérieure. L’auteur nous dresse des portraits d’être profond et juste.

Holden Caulfield, dans L’attrape-coeur de Salinger (1951) ou Oliver Twist sont les cousins littéraires d’Alex Housman, ils ont en communs d’avoir abandonné le lycée pour vagabonder dans les rues.

Ces écrivains ont dressé le véritable portrait de l’adolescence, avec ces contradictions, ces imperfections, ces réflexions sur la vie et le monde des adultes dans lequel ils vont entrer a leur corps et coeurs défendant. Ces enfants pas encore assez adultes, mais trop mature pour l’enfance est un sujet de prédilection de la littérature européenne et américaine. J’ai cité Salinger comme j’aurai pu citer quantité d’autres auteurs pour illustrer mon propos. Le voleur de voiture est roman d’apprentissage d’un adolescent des année 60/70. Au fil des pages, nous allons découvrir le mystère, le secret de l’enfance d’Alex Housman, il y a un mystère, quelque chose que son père détient qu’Alex pressent et qui sera le déclencheur d’une nouvelle vie.

Ce roman se lit comme une enquête policière, c’est un roman noir comme la couleur de l’huile de moteur, il y a de la violence physique autant que morale, il y aura du sang versé aussi. Un ultime sacrifice pour qu’Alex ne soit plus un vulgaire voleur de voiture et qu’il puisse effacer le passé pour commencer à écrire les pages de sa vie.

L’amour père-fils, les relations que ces deux personnages entretiennent sont le noyau du roman, tendresse, rancoeur, coup de gueule, incompréhension, relation tumultueuse de deux êtres unis par le sang et l’abandon d’une femme, d’une mère.

A la sortie du voleur de voiture en 1972, la critique a salué l’auteur et son premier roman et 500.000 exemplaires se sont vendu à la parution. Ce qui est le plus grand succès de librairie de cet auteur inconnu en France mais qui est pour la première fois traduit dans notre langue.

Il faut pour être juste, remercier les jeunes éditions Tusitala pour nous proposer toujours des auteurs étrangers non encore traduit en France qui plus est de qualité. Ils se sont fait une spécialité depuis trois ans de ne publier que de célèbres auteurs étrangers inconnus de nous pauvres français.

Merci à eux pour leur travail ..

Théodore Weesner est décédé en Juin 2015, nous le découvrons décidément trop tard.

Je vous recommande de lire ce roman puissant, a mi-chemin du roman d’apprentissage et du roman noir, sur l’amour d’un père pour son fils.

Une belle découverte d’un grand de la Litterature Américaine avec son héros, Alex, adolescent vagabond sur le chemin de sa vie.

Et si vous voulez en découvrir un peu plus sur Théodore Weesner et le voleur de voiture, Une petite interview de l’auteur en 2012. 

 

Une réflexion sur “Tu es bien le fils de ton père !

Les commentaires sont fermés.