Le dernier soupir d’extase d’un lecteur.. Merci Monsieur Rushdie…

Sur l'auteur

Ahmed Salman Rushdie est un essayiste et romancier britannique d'origine indienne, né dans une famille bourgeoise à Bombay le 19 juin 1947. Il reçoit une éducation anglophone et anglophile avant d'être envoyé en 1961 en Angleterre pour y poursuivre ses études. De retour au Pakistan en 1968, où se sont installés ses parents, Salman Rushdie entre à la télévision pakistanaise. Victime de la censure du pouvoir pakistanais , il fuit en Angleterre où il travaille dans plusieurs agence publicitaire jusqu'en 1981.

En 1981, il accède à la notoriété avec Les Enfants de minuit (Midnight's Children) pour lequel il est récompensé du James Tait Black Memorial Prize et le Booker Prize. Les Enfants de minuit a plus tard été désigné comme le meilleur roman ayant reçu le prix Booker au cours des 25 puis des 40 dernières années. Il écrit ensuite la honte sur l'agitation politique au Pakistan Objet d'une fatwa de l'ayatollah Rouhollah Khomeini à la suite de la publication de l'ouvrage Les Versets sataniques, il est devenu un symbole de la lutte pour la liberté d'expression et contre l'obscurantisme religieux. Il continue pourtant à écrire et de publier sans relâche, vivant dans la clandestinité et partageant son temps entre l'Angleterre et les États-Unis. Le dernier soupir du maure est publié en 1995.

Son style narratif, mêlant mythe et fantaisie avec la vie réelle, a été qualifié de réalisme magique.

 

La der

La disparition de l'arrière-grand-père Francisco, avalé par un lagon du sud de l'Inde, constitue un premier drame au sein de l'invraisemblable famille Gama-Zogoiby dont est issu le narrateur, dit « Le Maure ». Celui-ci est le fils difforme de la pétulante Aurora qui, sur des sacs de poivre, de cardamome et de cumin, a séduit l'humble Abraham. Très vite, les frasques de cette beauté perverse, peintre de renom, vont entraîner le Maure dans des situations aussi cocasses que périlleuses, depuis les bas-fonds des métropoles indiennes jusqu'aux milieux corrompus de la haute finance.

Mêlant la comédie et l'épique, la farce et le merveilleux, Salman Rushdie, tel un prestidigitateur, nous offre un de ses meilleurs romans — une œuvre sensuelle et picaresque, remplie de saveurs et de couleurs, à la gloire de Bombay.

 

Entre les lignes

Un roman sur la relation mère fils.

Allégorie du rapport de l'Inde et de ses habitants.

Résumer une œuvre si riche serai la réduire à une simple récit d'un destin. Le dernier soupir du mort est plus que ça.

Roman d'amour, d'apprentissage, récit engagé… Et j'en passe..


Dans le même style que Les enfants de minuit, Le dernier soupir du Maure est un roman qui reprend l'histoire de l'Inde et plus précisément de Bombay la ville d'enfance de Rushdie. « Á Bombay toutes les Indes se sont rencontrées et mêlées.» écrit-il, cette ville où il condense l'histoire de l'Inde post-décolonisation. Pour raconter l'histoire de son  » Inde », il prend comme personnage un enfant qui vieillit de manière accélérée et se trouve affublé d'un handicap supplémentaire, « Ma main droite: les doigts soudés en un bloc monolithique, le pouce réduit à une verrue rabougrie.», « une main marteau » qui sera l'instrument de sa vengeance et de sa rédemption. Comme dans Les Enfants de Minuit, le héros naît dans une riche famille et suit le destin de son pays. Quand l'Inde tombe dans la guerre civil, la violence, les héros de Rushdie tombent de leur piédestal dans les bas fonds, les quartiers pauvres des grandes métropoles indiennes. La violence du pays précipite la destinée des personnages.

« Mon histoire est celle d'un sang-mêlé de haute naissance qui perd la grâce .», Le Maure est le fils d'une riche héritière d'une famille de commerçant d'épices, catholique et d'un contremaître de confession juive « un Moïse d'entrepôt.». Un père effacé devant le caractère orageux de sa femme artiste peintre. Mais acteur de sa bonne fortune dans l'ombre. Histoire d'amour poivrée. De cette union naîtra quatre enfants, trois filles et le Maure, le narrateur.

Les filles d'Aurora vont connaître une destinée terrible :

« Aurora perdit toutes ses filles, vous savez, elles trouvèrent toutes le moyen de la quitter, et pourtant elles l'aimaient amèrement, elles l'aimaient avec plus de passion qu'elle ne pouvait leur donner en retour, elles l'aimaient plus fort que, privées de son amour réciproque, elle ne se sentirent jamais autorisées à s'aimer elles-mêmes.»

Aurora est une mère tyrannique ne supportant pas la médiocrité, ni la rivalité, comparé par l'auteur a un scorpion car elle fait du mal sans vraiment le vouloir, instinct grégaire de domination et de contrôle. Ce qui précipitera Le Maure dans les ténèbres des prisons de Bombay. Je vous laisse deviner comment et surtout pourquoi. Le suspens reste entier.

Roman picaresque, baroque où le style Rushdie prend toute sa force.

Roman à l'humour caustique qui remet en question fortement l'évolution politique et sociétale de l'Inde, notamment au niveau des tensions religieuses orchestrées selon l'auteur par le pouvoir d' Indira Ghandi, « Avant l'état d'urgence, nous étions des Indiens. Après, nous fûment des juifs chrétiens.» note Le Maure alias Rushdie.

Rushdie ne supportant pas le dictat de la religion ou de la politique critique avec une certaine constance dans ses romans les dérives du pouvoir politique et religieux.

C'est un roman que j'ai adoré, la justesse de l'ironie, le piquant et l'apparente folie de son style me charme. Chez Rushdie, le merveilleux, la magie, la mythologie indienne est insérée dans le réel pour mieux le dénoncer. Les dieux sont tombés sur la tête, à partir de cette idée pourquoi le monde tournerai rond? Si les dieux qui ont créés l'univers, les hommes sont fous, pourquoi serions-nous obligés d'obéir aveuglement à leur paroles.

C'est un roman si riche, si dense qu'il est très difficile de le résumer, car ce serai le réduire ! Cette mérite d'être découverte lentement comme on dénude une fille sublime pour ne rien perdre de sa beauté.. Si vous êtes un lecteur pas très assidu, vous devrez passer votre chemin, ce livre mérite d'être lu et relu pour un comprendre tout le sens et le charme du style Salman Rushdie.

Si vous aimez la liberté de ton, la critique et le second degrés, Rushdie sera votre compagnon. C'est un maître dans ce domaine. Lui seul sait manier les mots de cette façon. Tordre le récit, le temps, les personnages parfois jusqu'à les rendre difforme pour en garder que la substantifique moelle. Atteindre la vérité des lieux, de son pays qu'il aime passionnément et de ses habitants.

Bonne lecture à vous..