Richard Powers chimiste de la musique, Orfeo son nouveau roman

Sur l’auteur

Richard Powers est né à Evanston, dans l’Illinois.


Après quelques années d’études de physique, Richard Powers étudiant en Physique et programmateur informatique puis diplômé de littérature à l’Université de l’Illinois où il obtient son Master of Art en 1979,

Il devient un auteur reconnu et à succès aux États-Unis au début des années 1990, avec des romans explorant la relation entre sciences (physique, génétique), technologie, et art (musique).

La Chambre aux échos reçoit en 2006 le National Book Award.


Orfeo est son huitième roman.

 

 

 

La Der

Un soir la police sonne à la porte de Peter Els, un compositeur solitaire à la vie bien rangée. La Sécurité nationale veut l’entendre à propos d’une infection bactériologique suspecte dans un hopital voisin. Bien qu’il n’ait rien a voir avec cette affaire, Peter, affolé, prend la fuite. Et la rumeur commence à enfler, relayée par Internet et les médias, on le soupçonne d’être un terroriste. En quelques jours, sa vie bascule. Durant son long voyage à travers le pays, Peter va mettre à profit cette mésaventure pour renouer avec toute la puissance de son art, qu’une existence trop tranquille avait émoussé.

 

Entre les lignes

Fan depuis son premier roman, Richard Powers est un auteur particulier dans la littérature américaine, je vous invite à le découvrir.

 

« (…) Peter Els ne veut qu’une seule chose avant de mourir : s’affranchir du temps et de l’espace et entendre la musique du futur. Il n’a rien voulu d’autre. Et vouloir cela, en cette soirée tardive, par ce printemps d’une douceur perverse, semble au moins aussi raisonnable que vouloir quoi que ce soit.»

Le décor est planté, dans son huitième roman, Richard Powers revient à son premier amour la musique.

Dans son magnifique roman, Le temps où chantions paru en France en 2006, il avait narré l’histoire contemporaine américaine mêlant, musique classique, théories physiques et histoire. La musique classique rythmant l’histoire.

Orfeo est une fugue au sens musical et au sens littérale du terme.

Une fugue, une ballade alternant les allégros, les vivaltos de la vie de Peter Els, compositeur avant-gardiste inconnu du public. La musique qui hante, obnubile, l’existence de cet homme. Avant la musique, il y a sa vie, son enfance, son adolescence qui se déroule entre ses deux passions la musique et la chimie. Et puis une rencontre, une lycéenne Clara Reston, musicienne, violoncelliste qui l’entraîne dans cet univers fait de notes et de sons. Clara est le déclencheur elle lui apprend à écouter : sa vie bascule, happée par la composition musicale. La musique les séparera, Clara ira étudier la musique en Angleterre et Peter restera aux États Unis continuant de composer. Maddy Core, une soprane qu’il auditionne pour chanter dans une de ses compositions, en tombe amoureux et fondent une famille.

« il a voulu voir le monde avec sa femme, vieillir avec elle; mais il l’a abandonnée au bout d’une dizaine d’années. Il n’avait jamais osé vouloir une fille ; mais il en a eu une (..) »

Tout abandonner pour la musique.

Atteint d’une lésion du cerveau qui entraîne la perte de ses capacités musicales, retraité de soixante-douze ans, Peter Els donne quelques cours d’initiation musicale dans une résidence pour personnes âgées, il renoue avec sa première passion la chimie et bricole dans son garage l’ADN d’une bactérie. La fugue, le mouvement s’accélère, l’histoire change mêlant course poursuite et méditation sur sa vie et sur la musique. Le FBI, le soupçonne d’être un bio-terroriste, il manipule une bactérie responsable d’accidents mortels dans un hôpital voisin. Peter s’enfuit et pendant Ce temps en profites pour renouer le fil de sa vie. Méditant sur sa vie, il traverse le pays.

Orfeo, est aussi une critique des problèmes de notre époques, la science comme solution ultime à nos problèmes, notre peur du terrorisme et notre réponse entravant les libertés individuelles. Être épiés constamment par les autorités pour prévenir toutes menaces, la toute puissance d’Internet.

C’est un roman qui n’est pas facile à lire tant les allers et retours entre le passé et le présent sont nombreux. Ce qui peut dérouter les lecteurs n’ayant pas l’habitude du schéma narratif de cet auteur.

La structure du roman est aussi perturbante, pas de chapitre ni de partie, juste des mystérieuses phrases servant de transition. Ces phrases courtes ont une signification que vous découvrirait à la toute fin du roman, je ne vous dirai rien de plus..

Dans ce récit polyphonique, Richard Powers cherche la musique partout, nous montre la mélodie qui se cache dans un battement cardiaque, dans le bruit d’une étoile ou peut-être au cœur de nos cellules. L’homme son, l’ADN musical qui dort en nous et que cet auteur atypique réveille.

Ce roman riche et très documenté est à lire rien que pour le nombre d’œuvre classique énumérée, il vaut le détour rien que pour l’analyse du Quatuor pour la fin des temps que Peter poursuivis par le FBI fera écouter à ces élèves âgés.

Je ne vous ferai pas l’affront de vous expliquer la genèse du titre, orfeo, clin d’œil appuyé à la mythologie grecque et son héros Orphé

Lire Richard Powers, c’est être prêt à être bousculé par la rencontre improbable entre la chimie et la musique.

Ce livre est un très bon roman que je vous recommande chaudement..

Bonne lecture !!