Le sexe émancipateur, libérateur… Un roman jouissif… « Portnoy et son complexe » de Philip Roth

Sur l'auteur

 

Philip Roth est un écrivain américain né à Newark en 1933.

Petit-fils d'immigrés juifs, fils d'un agent d'assurance, il passera son enfance à Newark dans le quartier de Weequahic où se situe la plupart de ses romans. Il commencera par écrire Goodbye Colombus récompensé par le National Book Award en 1960. Premier prix littéraire d'une longue série. La reconnaissance du publique viendra à la sortie de son roman scandale Portnoy et son complexe qui est vendu à plus de cinq millions d'exemplaires dans le monde. Auteur reconnu par la critique dans le monde entier, même en France où il a reçu par exemple le Prix Médicis étranger en 2002 pour La tâche, le prix du Meilleur livre étranger en 2000 pour Pastorale américaine.

Il a décidé d'arrêter d'écrire après la parution de son dernier roman, Némésis en Octobre 2012.

Il vit aujourd'hui dans le Connecticut.

 

La der

« Jour et nuit, au travail et dans la rue — à trente-trois ans d'âge, et il rode toujours dans les rues, avec les yeux hors de la tête. Un vrai miracle qu'il n'ait pas été réduit en bouillie par un taxi étant donné la façon dont il traverse les grandes artères de Manhattan à l'heure du déjeuner. Trente-trois ans, et toujours à mater et à se monter le bourichon sur chaque fille qui croise les jambes en face de lui dans le métro.»

 

 

Entre les lignes

 

Qu'est-ce que  » le complexe de Portnoy « . C'est un roman magnifiquement satirique, de l'humour juif puissant. Philip Roth est une plume que l'on présente pas, vu l'immense écrivain qu'il est. Lire sa biographie et le nombre de romans qu'il a écrit est tout à fait vertigineux. Le nombre de prix littéraires remportés est impressionnant. Un monument de la littérature américaine contemporaine.

Ce roman est son  » Best seller « , plus de cinq millions de volumes vendus à travers le monde. Je ne peux que donner mon avis sur ce roman, critiquer Roth est difficile tant ses personnages sont alimentés par la vie de l'auteur. Et Portnoy n'échappe pas à cette règle.

Alexander Portnoy est un avocat juif New-yorkais qui sous forme d'un monologue nous raconte l'histoire de sa vie. Et tente de comprendre son étrange comportement, il est obsédé par le sexe. Le sexe comme une maladie, un besoin de « coït  » plus fort que toute la morale juive inculquée par sa mère et son père dont il garde un souvenir, surprenant : « L'ubiquité de l'une et la constipation de l'autre, ma mère entrant en volant par la fenêtre de la chambre, mon père lisant le journal du soir un suppositoire fiché dans le cul, telles sont, docteur, les premières impressions que je conserve de mes parents, de leurs attributs et de leurs secrets.» Il bravera l'interdit de sa culture, la mixité en n'ayant que des maîtresses non juives.

Portnoy et son complexe désopilante descente dans l'esprit d'un homme en proie au questionnement eternel d'un jeune juif américain, qui a envie de vivre pleinement sa vie d'homme mais doit aussi faire avec sa judaite. Il est en révolte et le crie :

« Il se trouve que je suis également un être humain!

Mais tu es juif, me dit ma sœur, tu es un garçon juif plus que tu ne le crois (…) »

Critique féroce de l'identité juive, « j'en ai assez d'être un gentil garçon juif qui s'efforce en public de contenter ses parents tandis qu'en privé il se bricole le paf ! Assez ! » ou encore plus provoquant,

« … Et aussi, j'en ai plein le cul, ma chère, de ne jamais être tout à fait bien pour le Peuple Élu. » Portnoy et son complexe est un aussi un regard doux amère sur la société des années 50.

Publié en Angleterre en 1969, ce roman fît scandale dés sa parution et fût traité d'ouvrage pornographique. Avec son style cru et des chapitres aux titres volontairement évocateurs, La branlette, Fou de la chatte, et les descriptions des fantasmes et actes sexuels du personnage principal, il a été censuré en Australie. Roman en son temps subversif qui aujourd'hui n'aurait finalement obtenu une vague mise en garde, une mention interdit au moins de 12 ans.

J'ai aimé ce roman, un peu fou, débridé comme l'était finalement les années 50-60.

Roth a écrit finalement ce que la société de cette époque désirait le plus. La liberté, sexuelle, d'expression. Bref un roman libre qui brisait les tabous.

N'ayez crainte la maladie de Portnoy n'est pas transmissible, elle est seulement nécessaire encore aujourd'hui, dans notre société trop hygiéniste, trop normée.

 

Je vous en souhaite une très bonne lecture…