Une étoile effondrée .. « Serena » de Ron Rash.

Sur l’auteur



Né en 1953, Ron Nash à écrit des recueils de poèmes, des recueils de nouvelles ainsi que des romans, dont un pour enfant. Toutes ses publications ont été récompensées par plusieurs prix littéraires.

Actuellement professeur émérite au département d’Études culturelles appalachiennes de la Western California University, il se revendique comme écrivain du sud.







La der


Smoky Mountains, dans les années 1930. George Pemberton, riche exploitant forestier, et sa femme Serena forment un couple de prédateurs mégalos, déterminés à couper tous les arbres à portée de main pour accroître leur fortune. Mais le projet d’aménagement d’un parc national, pour lequel l’État convoite leurs terres, menace leurs ambitions.

Pemberton s’emploie à soudoyer banquiers et politiciens. Sans états d’âme, Serena a d’autres arguments : le fusil, le couteau, le poison et homme de main dévoué….




Entre les lignes

Serena, un si joli prénom pour une femme tour à tour charmante et diabolique. Un prénom poème qui est écrit dans le sang, le sexe et la violence. Dévorée par l’ambition, Serena à une revanche a prendre sur la vie. Cette vie qui l’a laissé sans famille, qui est morte dans leur maison en feu. On devine que l’existence n’a pas été simple pour elle, jusqu’a sa rencontre avec George Pemberton. Il est son double, un homme à sa hauteur, lui aussi dévoré par l’envie de s’enrichir dans cette Amérique des années 30 en crise qui a jeté des hommes et des femmes dans la misère la plus noire. Profitant d’une main d’oeuvre abondante et bon marché, ce couple va s’employer a piller la forêt de son bois avant que l’Etat ne les exproprie pour créer un parc national sur les terres de toutes ces compagnies forestieres. George Pemberton va employer les pots de vin pour freiner le projet, tandis que Serena va utiliser des méthodes plus expéditives pour éliminer les obstacles à son ambition. Jusqu’où entraînera ce couple leur dévorante passion amoureuse et pécuniaire ?

C’est un roman dure comme la vie dans les Appalaches pour les hommes, la nature sauvage, les émotions poussées à leur paroxysme dans ces terres qui fleurent encore le monde du western. En parlant de Western, ce roman en possède les attributs, de riches propriétaires voulant d’avantage s’enrichir, un méchant, un shérif qui veut malgré tout faire régner la loi, incorruptible et le personnage féminin qui est en danger. Tout est réuni pour un Western moderne sur fond de capitalisme effréné et les paysages grandioses des Appalaches.

Serena est comme cette terre, sauvage, naturelle, sensuelle et dangereuse. Pemberton son mari qui est fou amoureux dit d’elle :

«Dans la beauté, elle marche. (…) car la beauté de Serena était ainsi – une aura autour de laquelle le monde ouvrait un espace inviolable, afin qu’elle puisse s’avancer sans risquer la moindre souillure.»

Une aura, une planète, une étoile effondrée comme un trou noir. Elle attire est détruit ce qu’elle a autour de son orbite.

Au fil des pages, Serena se découvre, « Serena, toutefois, était née dans le Colorado où elle avait vécu jusqu’à l’âge de seize ans ; elle était la fille d’un exploitant de bois et de scieries, qui lui avait appris à serrer la main des hommes d’une poigne ferme et à les regarder droit dans les yeux, ainsi qu’à monter à cheval et à manier des armes à feu.»

Elle se fait une place au milieu de ce monde de bûcheron, un monde d’homme dans lequel les femmes sont relégués au rang de servante ou de femme au foyer.

Serena détonne sur son cheval blanc, parcourant ses terres, donnant des conseils d’abattages à ses hommes, les sauvant de la mort, comme Galloway son chef d’équipe qui par accident à la main gauche tranchée par un coup de hache. Un pacte se crée entre eux, un pacte de sang. Il lui doit la vie en retour il lui doit une loyauté aveugle. Il est l’arme, elle est la poigne qui l’a tient. Association de la belle et de la bête. Galloway, est un personnage énigmatique qui a fait de la prison, vivant avec sa mère qui a des « visions», un peu rebouteuse, un peu sorcière,elle lui avait prophétisé que sa vie serai sauvé un jour par une femme et qu’il devrait sa loyauté. La prophétie est selon lui réalisée.

Serena n’est pas non plus qu’une femme calculatrice et manipulatrice, c’est aussi une épouse follement amoureuse de son mari qui souffre de ne pouvoir lui donner d’enfants, ce qui va la conduire progressivement à vouloir détruire ce qu’une autre a réussi à lui donner, un fils. Pemberton avant son mariage entretenait une liaison avec une femme travaillant à la cantine de son exploitation, elle tomba enceinte. Serena l’avait à son arrivée banni de l’exploitation, avant que prit de remords Pemberton la réengage. Imaginer, Serena voyant sous ses yeux le fruit qu’elle ne pourra jamais donner, et ce qu’elle ne peut avoir, Serena le détruit. Je vous laisse le soin de decouvrir si elle parviendra à ses fins..

Serena est « une main capable de saisir le monde dans sa poigne », selon les mots du dramaturge Christopher Marlowe placés en exergue de ce second roman de Ron Rash.

Polar, histoire d’amour, roman sur la nature. Ron Rash nous parle aussi de tout ses hommes jetés dans la misère par la grande dépression de 1929 qui pour survivre sont prêt accepter n’importe quel travail, même aussi dangereux que bûcheron. Ils nous parle de ces gueules cassées par le travail à la dure. Serena est aussi l’allégorie du capitalisme s’exerçant violemment, sans foi ni loi, amorale. L’homme est une valeur a l’abandon, une marchandise qu est au service du capital. Dans cette région des États Unis, le capitalisme délirant à fait beaucoup de dégât a la fois humains et écologique, l’auteur ne pouvant ignorer l’histoire de sa région et nous en parle avec force dans ce roman.

Un roman fort, un personnage troublant que l’on aime détester. Je vous recommande chaudement la lecture de cet auteur, reconnu et apprécié dans le monde anglo-saxon.

Lire Ron Rash c’est ressentir au travers de sa plume, toute la rudesse et la beauté d’une région. Les Appalaches terre indienne, conquise mais jamais soumise comme Serena.


Très bonne lecture…

Une adaptation du roman est sortie au cinéma en 2014. Film que j’ai vu et apprécié. Serena, film interprété par Bradley Cooper ( Pimberton) et Jennifer Lawrence (Serena Pimberton) est l’incarnation quasiment parfaite du personnage du roman comme on pourrai se l’imaginer, belle, sexy et ambiguë.

Je vous laisse le découvrir en voici la bande annonce.