Lundi poesie et coup de gueule ! 

Mettre en mot l’horreur de Setif et Guelma … Le 8 Mai 1945, la France et le monde à célébré l’armistice la victoire sur la barbarie, l’horreur nazie. Et pourtant ce jour là, la France coloniale à commis un crime. Un crime contre l’humanité, le pays des droits de l’homme à perdu son honneur. 

Cet article est arrivé en retard, je l’ai redigé tardivement. Redigé avec la raison, j’ai essayé mais le cœur a repris le dessus. Et j’ai juste envie de crier mon indignation… 

Ma rage envers mon pays, la France cette illusion humaniste. Ce pays régit par une déclaration qui nous porte vers l’autre, en le respectant et le traitant d’égal à égal. Notre altérité humaine s’arrête vraisemblablement à la couleur, à la religion. Le citoyen français de 2015, en oubli l’histoire.. La couleur de son drapeaux, bleu, blanc, rouge. Dans ces couleurs je ne vois pas de bleu marine comme d’autres voient le rouge sang… Il en faut des nuances des bleus, des ecchymoses sur notre république pour qu’ un jour notre société sombre dans le sang. 

Le sang n’a pas de couleur, il est rouge, seule l’entaille qui l’a fait couler et colorée de haine..

Lundi poesie mais triste… J’ai mal à mon pays quand je vois les enfants d’après-guerre voter pour des gens que leurs parents ont combattu et versé leurs sang. Ces courageux, ces justes, les héros de la liberté n’avaient pas de couleurs.. 

Ne pouvons-nous pas retrouver cette saine fraternité, pour prendre les armes contre l’infâme ombre qui cerne les yeux de notre pays, les yeux marqués de bleu marine. 

Il y a des personnes qui en ont marre de s’excuser de la collaboration, de l’esclavage. En voulant oublier, ne voulons-nous pas laver notre conscience ? Nier ne lave pas, cela tache… Si vous chercher à oublier des faits comme Setif, ce sera salir a jamais notre humanité. L’oubli n’est pas la solution, s’inspirer des erreurs, les reconnaître est une voie du pardon.

Une société qui ne sait pas pardonner, vivra dans l’erreur, le mensonge en réinventant l’histoire, ou en l’arrangeant..

J’ai le cœur lourd et pourtant ce n’est pas moi qui a commis ces crimes, mais en tant qu’humain j’en suis responsable..

 Alors oui je suis coupable, coupable de ne pas assez combattre tout les jours les champions de l’oubli..

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme..

Vous mes frères, les loups d’un bois de servitude,
Faites frémir le ciel de vos sanglots damnés
Après la nuit glaciale où meurt votre harmonie…
Vous mordez votre flanc orgueilleux d’être vide
Pourtant j’aime vos cris importuns quand la neige
Couvre de pureté vos spectres maladifs… 
              
Kateb Yacine. Soliloques, 1946

11 réflexions sur “Lundi poesie et coup de gueule ! 

Les commentaires sont fermés.