Bravo la vieille plume !!

Sur l’auteur


Régis Jauffret est né en 1955 à Marseille

Il est l’auteur de plusieurs romans dont Asile de fou pour lequel il reçoit en 2005 le Prix Femina, et de recueils de nouvelles tel que Microfictions paru en 2007 pour lequel il a reçu le prix France Culture-Telerama et le Grand Prix de l’humour noir Xavier Forneret.

Il est aussi connu pour ses nombreuses controverses, pour son roman sévère paru en 2010 où il écritsur un fait réel, le meurtre d’un banquier suisse par sa maîtresse, l’affaire Édouard Stern. La famille du banquier lui fait un procès, il sera soutenu par de nombreux écrivains dans une pétition dont les principaux signataires sont Michel Houellbecq, Virginie Despente pour ne citer qu’eux.

En 2014, il recommence avec son roman la ballade de Rickers Island où il revient sur l’affaire DSK qui le poursuit en justice ainsi que son éditeur Le Seuil.

En 2015, il édite son dernier ouvrage Bravo.

La der

Comment imaginer qu’on puisse marcher gaillardement vers la mort, «cet inévitable pays où l’on finit tous par aller se faire foutre», pour reprendre les mots de Régis Jauffret ?

Ce roman mosaïque est constitué de seize fictions. La vieillesse est le véritable héros du livre qu’incarnent des fous, des sages, des braves gens et des infâmes. Ces naufragés du grand âge, hantés par leur fin prochaine, s’avancent comme autant de doubles de nous-mêmes.

Une prose rigoureuse, drôle, impitoyable, d’une gaieté macabre, aux phrases affûtées comme le fil d’un rasoir.

Entre les lignes

Oh je l’ai dégusté, décortiqué, phrases après phrases comme on déguste un bon plat.

Je ne veux rien analyser, juste m’enthousiasmer sur ce nouveau bouquin. En simple fan de l’auteur, car résumer un Jauffret serai difficile.

Sur la 4ieme de couverture on nous vente un roman mosaïque, mais c’est un nouveau mot pour recueil de nouvelles. Tromperie ?

Non à la lecture finalement, ce recueil ressemble à un roman avec un personnage principal : Le vieux.

Dès la première page il en fait l’éloge.

« Bravo. Qu’on applaudisse et crie bravo. C’est une performance que n’avoir si longtemps vécu. Qu’il soit acclamé le convoi des vieillards. (…) Hommage aux êtres qui ont dépassé le cap de la soixantaine et habitent désormais ce continent gris peuplé d’humains d’hier que dans ma jeunesse on appelait les petits vieux.»

Monsieur Jauffret vieillit et apparemment il s’en réjouit dans ce nouveau recueil de nouvelles. Réjouissons nous avec lui qu’il réussisse à faire des prouesses avec sa plume, qu’il nous fasse rire, pleurer. Parfois il nous dérange, il nous provoque. Les lecteurs anciens de Jauffret dont je fais parti, adorent ça et en redemande. Je conseil au nouveau lecteur, au découvreur de ses livres de se munir d’un sens aiguë de second degrés.

Ainsi au printemps, en juin exactement, Régis Jauffret rejoint le monde des petits vieux. Termes bannis de notre langage car nous avons peur du vieux et à travers lui de notre déchéance et notre inéluctable mort. Dans ce recueil, il nous brosse le portrait de petit vieux, âgés pour la plupart de quatre-vingt ans. Portrait tendre ou personnage odieux, horrible. On y croise tour à tour des vieux trafiquants d’organes, un couple de vieux homosexuels, des vieux grincheux, prétentieux. Des vieux tendres, attachants aussi.

C’est vraiment une lecture qui m’a enchanté, L’humour noir frisant parfois le macabre, le style sans concessions pour ce qui est de parler franc. Le style Jauffret séduit beaucoup mais heurte énormément. C’est vraiment après Microfictions, qui reste et de loin mon préféré, un très bon Jauffret que je vous recommande.

Je vous laisse goûter ces quelques morceaux choisis, piocher dans les différentes nouvelles qui m’ont fait rire, pleurer, ému ou qui m’ont dérangé. Rien que pour le plaisir.

A votre tour de déguster ce merveilleux moment de lecture.


Extraits acides

« (..) les mariages hétérosexuels font souvent penser à l’union de la carpe et du lapin.»

« Les femmes, cette race à l’intérieur de la race.»

« Votre beauté négative n’est pas abyssale.»

Extraits amers

« Les instants de celui qui va mourir sont aussi merveilleux que ceux des biens portants qui se croient encore immortels. L’éternité existe, mais il ne faut pas exiger d’elle qu’elle dure longtemps.»

Extraits d’humour

« Les filles un peu moches ont souvent un certain charme, mais le tien est discret. Si discret qu’on pourrait croire qu’en réalité tu n’en as aucun. »

« Mes parents avaient créé une entreprise de pompes funèbres florissante tombée en faillite avec la découverte des antibiotiques qui fut cause d’une vaste épidémie de survie.»

Je pourrai vous en citer beaucoup tant il y a de bons mots, le mieux est que vous le lisiez et vite….