Soumission de Michel Houellebecq – Un très bon millésime ..

Sur l’auteur

Michel Houellebecq de son vrai nom Michel Thomas est né à la réunion, selon l’état civil en 1956 et pour lui en 1958 , car il pense que sa mère a menti pour faire croire qu’il était surdoué, élèvé par sa grand mère paternelle, suite à la séparation rapide de ses parents. C’est par amour pour sa grand mère Madame Houellebecq qu’il prendra son nom de jeune fille pour pseudonyme d’écrivains. Bon élève, il entre à l’institut national agronomique Paris-Grignon où il crée une revue littéraire Karamazov dans laquelle il publiera ses premiers poèmes et réalise son premier long métrage. Il entre à l’école Louis Lumière, section prise de vue, école qu’il quitte sans passer son diplôme. Deux ans de Chômage et dépression. Informaticien, puis contractuel au ministère de l’agriculture, enfin Adjoint administratif au service informatique de l’assemblée nationale. Pendant cette période il écrit  » l’extension du domaine de la lutte » en 1994,  » les particules élémentaires » salué par la critique en 1998, « plateforme » en 2001, « la possibilité d’une île » et puis le Goncourt «  la carte et le territoire » en 2010. Soumission est le dernier roman d’un auteur médiatique et littérairement respecté.

 

 

 

La Der

Dans une France assez proche de la notre, un homme s’engage dans la carrière universitaire. Peu motivé par l’enseignement, il s’attend à une vie ennuyeuse mais calme, protégée des grands drames historiques. Cependant les forces en jeu dans le pays ont fissuré le systeme politique jusqu’à provoquer son effrontément. Cette implosion sans soubresauts, sans vraie révolution, se développe comme un mauvais rêve.

Le talent de l’auteur, sa force visionnaire nous entraînent sur un terrain ambigü et glissant; son regard sur notre civilisation vieillissante fait coexister dans ce roman les intuitions poétiques, les effets comiques, une mélancolie fataliste.

Ce livre est une saisissante fable politique et morale.

 

 

 

 

Entre les lignes

Nous sommes en 2022, les français en pleine période électorale présidentielle ont le choix entre le front national et le parti De la fraternité musulmanne portée par un parti socialiste agonisant. La France s’apprête à élire un président musulman. Le narrateur un professeur de La Sorbonne suit l’avènement de ce président et des changements dans la société, polygamie, droits des femmes, personnages politiques.

C’est un résumé très court mais le livre à eu un tel retentissement que je suis à peu près sûr que sans ouvrir le livre vous connaissez l’histoire. Ce livre le premier roman de la littérature française à être piraté, en effet on pouvait télécharger le bouquin sur internet avant sa sortie officielle. Bien avant sa sortie, le sujet faisait polémique. Houellebecq se situait dans la même mouvance que Zemmour, raciste,réactionnaire, prêtres du  » c’était mieux avant ». Les médias, les « intellectuels de plateau télé » se sont rués sur ce roman, le critiquant, la majorité le traînant dans la boue, et quelques autres, tel Emmanuel Carrere le portant au rang de grand roman, le meilleur depuis « l’extension du domaine de la lutte » son premier roman qui a créé le mythe Houellebecq.

La tête remplie de toutes ces informations, étant un inconditionnel de l’écrivain, j’entamais ma lecture..

Dans un premier temps j’ai retrouvé l’atmosphère désenchanté, désabusé du personnage, il erre dans sa vie comme une âme en peine cherchant le bonheur, dans le sexe avec des jeunes femmes, étudiantes, prostituées et survit avec l’aide de l’alcool. Personnage toujours célibataire dans la quarantaine, le sujet houellbecquien par excellence, François . Le regard acéré sur notre société et notre conscience politique  » (… La médiocrité de l’offre politique … »il est vrai que dans ma jeunesse (..) on observait un phénomène d’alternance démocratique  » ,  » curieusement, les pays occidentaux étaient extrêmement fiers de ce systeme électifs qui n’était pourtant guère plus que le partage du pouvoir entre deux gangs rivaux. » Dans cette extrait, nous pouvons comprendre que ranger Houellebecq dans la nostalgie du  » c’était mieux avant est une imbécilité, bien au contraire, il critique et essaye de trouver une autre voie. Emmanuel Carrere dans sa critique du livre parle de houellbecq comme d’un visionnaire.

Dans certains propos on dit de lui qu’il est tendance FN, réponse de l’auteur Par le biais de Myriam la vingtaine étudiante juive ,maîtresse du narrateur « (…) ça fait bien longtemps que le front national n’a plus rien d’antisémite. Réponse de François « Jean Marie le pen, faisait encore le lien avec la vieille tradition de l’extrême droite française. C’était un abruti, à peu près inculte(..)

Impitoyable avec les politiques « j’avais même parlé une fois à une fille jeune, jolie,attirante, qui fantasmait sur jean François Copé; il m’avait fallu plusieurs jours pour m’en remettre. » ,  » François Hollande(…) à l’issue de ses deux quinquennats, n’ayant dû sa réélection qu’à la stratégie minable consistant à favoriser la montée du front national « . Aussi bien qu’avec les médias « (…) d’eblouissant mouvements d’écharpe, Christophe Barbier (..) Renaud Dely, terne et morose (..).

L’islam et Houellebecq, voilà une piste. Dialogue de François avec le mari d’une amie a Martel, commune connue et symbole de la résistance à l’islam « (…) mais je crois qu’avec l’islam, le moment est maintenant venu d’un accommodement, d’une alliance ». Il cite aussi l’Ayatollah Khomeyni  » Si l’islam n’est pas politique, il n’est rien ». En tant que parti politique, la fraternité musulmanne est comme tout les partis, ils veulent le pouvoir et le garder.

Loin d’être islamophobe,il juge le Coran  » comme un immense poème mystique de louange (..) il repose sur cette idée, l’idée de base de la poésie, d’une union de la sonorité et du sens, qui permet de dire le monde ». La rencontre avec Rédiger, président d’université, pro musulman qui contre un salaire élevé demande à François sa conversion est le tournant du livre. Jusque là, François ne souscrivait pas a la nouvelle société, il a démissionné de son poste d’universitaire quand il a appris qu’on demandait aux enseignant de se convertir à l’islam, il a perdu sa petite amie qui a fuis avec sa famille en Israël. Seul et sans travail, il s’ennuie et l’enseignement lui manque. Rédiger lui remet un petit livre  » dix questions sur l’islam » y a glissé une critique du christianisme, largement inspirée du premier Nietzsche et donc un peu éventée. Et il présente sérieusement l’islam comme « une chance historique pour le réarmement moral et familial de l’Europe », à vrai dire la seule chance : retrouver une « culture traditionnelle, encore marquée par les hiérarchies naturelles, la soumission de la femme et le respect dû aux anciens ». Nous sommes très loin de son interview où houellbecq dit que  » l’islam est la religion la plus conne du monde », dans un autre entretien, il dit que ça conscience de Dieu a évolué. On peut le croire en le lisant.

Cette rencontre est le point le plus important,l’acmé du roman, c’est là où Houellebecq explique le titre du roman  » (…) le sommet du bonheur humain réside dans la soumission la plus absolue, c’est une idée que j’hésiterais à exposer devant mes coreligionnaires, qu’ils jugeraient peut être blasphématoire, mais il y a pour moi un rapport entre l’absolue soumission de le femme a l’homme, telle que la décrit histoire d’O, et la soumission de l’homme à Dieu telle que l’envisage l’islam. »

Bon il faut passer sur quelques invraisemblance, La Sorbonne rachetée par les monarchie du golf. L’obligation faite aux femmes de ne plus travailler, de porter le voile et d’accepter la polygamie sans aucunes formes de protestations. Féministe bienvenue. Le fait que le narrateur fuit Paris pour Martel, gros clin d’œil aux bon français de souches, qui m’a mis mal a l’aise. Mais Houellebecq a l’habitude de briser les schémas, les règles, de perdre son lecteur, de le secouer.

Le livre se lit très bien et vite. Un très bon millésime Monsieur Houellebecq. Merci pour ce livre.

Excellent livre, drôle, caustique et un auteur visionnaire qui voit en l’islam une religion conquérante comme le fut le christianisme a l’époque de Jésus jusqu’au début du 20ieme siecle. Il a bien compris que ce siècle sera religieux ou ne sera pas. Il est vrai que cinq millions de personnes qui ne vont plus voter pour la gauche, pour cause de mariage pour tous, pour la droite pour ses lois xénophobes. Il ne reste plus que Marine, nombreux musulmans se tournent vers elle car son parti correspond un peu à un retour des valeurs familiales chère aux musulmans. Mais le front national parti d’extrémiste raciste ne peut pas non plus répondre aux attentes de ces cinq millions de personnes. Et pourquoi ne créeraient ils pas leurs parties, modérés ? Je rejoint tout à fait la critique d’ Emmanuel Carrere qui voit en Houellebecq un fin analyste des mouvements de notre société.

Et puis il nous fait découvrir ou redécouvrir Huysmans, rien que pour ça, lisez le !

Je vous recommande avec force ce livre « soumission » bien écrit. Un vrai bon Houellebecq ! Enfin !

Il est vrai qu’au regard des événements qui ont eu lieu le sept janvier 2015 en France, ce livre à eu une autre résonance dans les médias. Je le lisais pendant ces tristes événements.

A l’heure où j’écris ces lignes, Michel Houellebecq donnait une interview aux inrock, je vous laisse apprécier .

http://www.lesinrocks.com/2015/01/15/actualite/michel-houellebecq-la-liberte-dexpression-le-droit-de-jeter-de-lhuile-sur-le-feu-11547097/

 

 

2 réflexions sur “Soumission de Michel Houellebecq – Un très bon millésime ..

Les commentaires sont fermés.